Le village des chats la Romieu Gers

Le village des chats à La Romieu gers village d'histoire et de légende Collégiale Saint Pierre à La Romieu Collégiale Saint Pierre 32480

Le village des chats Collégiale Saint Pierre gers village à La Romieu Collégiale Saint Pierre à La Romieu dans le gers, visitez la Collégiale Saint Pierre, venez décourir la Collégiale Saint Pierre

Le village des chats

Le village de La Romieu est volontiers appelé le « village des chats » car un grand nombre de félins est présent au cœur village, sur les fenêtres, les portes, les yeux de bœuf et sur certains pas de portes.

Ces chats sculptés sont en grande partie l’œuvre de Maurice Serreau, un sculpteur Orléanais, qui, tombé amoureux du village avait décidé de s’y installer. Touché par l’histoire de la jeune Angéline, petite orpheline du Moyen-âge, il décida de sculpter et d’offrir aux habitants des statues de chats en pierre, afin de ne pas oublier cette légende.

Depuis de nombreuses années, nul n’est insensible à tous ces chats qui semblent veiller sur leur jeune protectrice et se prêtent volontiers aux nombreuses prises de vue des visiteurs étonnés.

Venez vous aussi tenter de tous les trouver au cœur de notre beau village gersois !
La Légende des chats d'Angeline
village des chats La Romieu En l'an de grâce 1338, dans un village de Gascogne appelé LA ROMIEU, célèbre par sa belle collégiale édifiée depuis 20 ans, vivaient heureux Vincent et Mariette. Il était bûcheron, et sa femme l'accompagnait souvent dans la forêt pour faire les fagots. Ils travaillaient dur, mais avec les volailles, le cochon, les légumes et les fruits du jardin, la table était garnie. Ils étaient mariés depuis 3 ans, lorsque Mariette mit au monde une petite fille qu'ils appelèrent Angéline. Hélas Vincent fût écrasé par un arbre qu'il abattait. Mariette, inconsolable, se laissa dépérir et deux mois plus tard, elle fût trouvée morte, tenant Angéline dans ses bras.

La petite fût recueillie par une voisine, et grandi avec ses enfants comme leur soeur. Angéline montrait une grande attirance pour les chats. Il y en avait toujours 2 ou 3 autour d'elle qui, la nuit, dormaient dans son lit. Elle partageait souvent son écuelle avec eux.

Angéline au fil des ans, devenait une solide jeune fille qui aidait bien ses parents adoptifs aux travaux des champs, toujours accompagnée de ses chats. L'an 1342 et les 2 années suivantes, l'hiver fut rude, et le printemps et l'été si pluvieux qu'il ne fut pas possible d'ensemencer les champs. Il s'ensuivit une grande disette et malgré la distribution par le seigneur Arnaud d'Aux des réserves de la Collégiale, les habitants de LA ROMIEU n'eurent bientôt plus rien à se mettre sous la dent. Ils pensèrent alors aux chats, si nombreux dans le village, et en firent de la gibelotte.

Les parents d'Angéline, sachant combien elle aimait les siens, acceptèrent qu'elle garde un chat et une chatte, à condition de bien les cacher, car les voisins ne demandaient qu'à leur tordre le cou. Angéline enfermait donc le jour les 2 minous dans le grenier, et la nuit les laissait sortir pour chasser. Mais la famine s'accentuait et beaucoup de villageois mouraient. Angéline et ses parents subsistaient péniblement, en récoltant des racines dans les bois, quelquefois des champignons, mais c'était piètre pitance. Très amoindris, ils purent néanmoins, surmonter cette triste période et des temps plus cléments permirent enfin de récolter de quoi vivre.

Mais à LA ROMIEU, où les chats avaient disparu, les rats avaient proliféré au point de menacer les récoltes. Angéline, avec des précautions infinies, avait pu cacher ses chats et ils avaient eu plusieurs portées. C'était une vingtaine de greffiers qui s'ébattaient dans le grenier. Heureusement, la maison était isolée ;

Les villageois se lamentaient devant les dégâts causés par les rats. C'est alors qu'Angéline annonça qu'elle allait lâcher une vingtaine de chatons que les habitants pourraient adopter. Les rats disparurent rapidement et c'est ainsi qu'Angéline sauva LA ROMIEU d'un nouveau malheur.

La légende dit aussi que le visage d'Angéline, au fil des ans, ressembla de plus en plus à un chat et que ses oreilles se transformèrent en oreilles de chat.

C'est en écoutant une grand-mère raconter à ses petits enfants la légende des chats d'Angéline, qu'un sculpteur Orléanais aujourd'hui décédé, Maurice SERREAU, eut l'idée de la faire revivre en déposant des sculptures de chats autour de la place.
(légende des chats, propriété de la famille de Maurice Serreau. Utilisation interdite sauf autorisation)
précédent
suivant
gers tourisme loisirs