Saint-Jacques de Compostelle à la Romieu Gers

Saint-Jacques de Compostelle à La Romieu gers village d'histoire et de légende Collégiale Saint Pierre à La Romieu Collégiale Saint Pierre 32480

Saint-Jacques de Compostelle Collégiale Saint Pierre gers village à La Romieu Collégiale Saint Pierre à La Romieu dans le gers, visitez la Collégiale Saint Pierre, venez décourir la Collégiale Saint Pierre

précédent
suivant
gers tourisme loisirs
Saint jacques de Compostelle

La Romieu, village étape sur les Chemins de Saint jacques de Compostelle.
Saint jacuqes de compostelle La Romieu Le village de La Romieu tient son nom du mot gascon "Roumiou" qui signifie "Pèlerin de Rome". Au XI siècle, le village est né grace à deux moines pèlerins, qui revenaient de pèlerinage de Rome et qui, alors qu'ils avaient choisis de se rendre ensuite à St Jacques de Compostelle, ont décidé de terminer leur pèlerinage ici. Le village de La Romieu était né!
Les chemins de Saint jacques de Compostelle
Les Chemins vers St Jacques de Compostelle existent depuis plus de mille ans et ils sont aujourd'hui le premier itinéraire culturel Européen (mention attribuée par le Conseil de l’Europe en 1987). En novembre 1998 c'est l'UNESCO qui inscrivait les chemins de Saint-Jacques au Patrimoine Mondial de l'Humanité, prônant ainsi la sauvegarde du patrimoine historique, littéraire, musical et artistique créé par les pèlerinages.

Pour en savoir plus : http://www.chemins-compostelle.com/litin-rance-jacquaire
Le pèlerinage de St Jacques de Compostelle, en France, passait essentiellement par quatre chemins principaux :
  Le premier, la Via Tolosana (ou voie toulousaine : 525 km d'Arles à Somport)
partant d'Arles, vient d'Italie, et passe par St Gilles, Montpellier, St-Guilhem-du-désert, Castres, Toulouse, Auch, Pau et le Col du Somport.
  Le second, la Via Podiensis (750 km du Puy à Ostabat),
qui vient de Suisse, part du Puy-en- Velay et passe par Conques, Cahors, Moissac, St Jean Pied de Port et Ostabat.
  Le troisième, la Via Lemovicensis (ou voie limousine : 820 km de Vézelay à St Jean Pied de Port),
part de Vézelay et traverse St Léonard de Noblat, Périgueux, Bazas, St Seven, avant d'arriver à Ostabat.
  Le quatrième est le "Grand Chemin" (Via Turonensis : 915 km environ de Paris à St Jean Pied de Port)
qui vient du Danemark et de Belgique ; il passe par Paris, Chartres (ou Orléans) et descend vers Tours, Châtellerault, Poitiers, Lusignan, Melle, la Saintonge, Blaye, Bordeaux, Gradignan, Bélin-Béliet, Labouheyre, Dax, Sorde-l'Abbaye, St Palais, Ostabat, St-Jean-Pïed-de- Port, puis arrive en Espagne par Ronceveaux.

Les 4 voies se réunissent en une seule à Puenta-La-Reina, en Espagne : C'est EL CAMINO FRANCES.
Le chemin du Puy ou VIA PODENSIS GR 65
La via Podiensis (ou route du Puy) est l'un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de- Compostelle, qui part du Puy-en-Velay et se prolonge jusqu'au col de Roncevaux et, de là, à Saint-Jacques-de-Compostelle.
Le village de La Romieu est situé sur la voie du Puy-en-Velay (GR 65), et fait partie d'une section de sentier (de Lectoure à Condom soit 35 km) qui fait partie du Bien Culturel en série "Chemins de Saint Jacques en France" inscrit au Patrimoine Mondial par l'Unesco depuis 1998. »
La Romieu est également le point final du Chemin passant par Rocamadour (GR 652).
De Figeac, les pèlerins gagnaient Rocamadour afin de se recueillir dans le sanctuaire quercinois de Notre-Dame de Rocamadour, quitte à faire un petit crochet vers le Nord. Une fois parvenu à Rocamadour, le pèlerin faisait souvent le choix de se diriger vers Agen, où il pouvait bénéficier de 4 hôpitaux ou prieurés hôpitaux.
L'actuelle voie du GR 652 va de Rocamadour à La Romieu, passant par Penne d'Agenais, Agen et Moirax. Elle parcourt 250 km de sentier qui ont été nouvellement balisés.
Le GR 652 rejoint le GR 65 à La Romieu. »

Pour en savoir plus : http://www.chemin-de-st-jacques-voie-de-rocamadour-limousin-haut-quercy.fr/pratique-26.1-presentation.html
Le chemin actuel (GR65) dans le Gers :
Saint-Antoine-sur-l’Arrats, Flamarens, Miradoux, Lectoure, La Romieu et sa collégiale St Pierre, Condom, Larressingle, Beaumont sur l'Osse et son Pont d'Artigues, Montréal-du-Gers, Lauraët, Lagraulet-du-Gers, Eauze, Manciet, Nogaro, Barcelonne-du-Gers.
Eglise la Romieu gers
Les hôpitaux Saint-Jacques sur la via Podiensis :
Au Moyen-Âge, le terme « hôpital » désignait un lieu d'assistance et d'asile plutôt qu'un établissement de soins. On y recevait les « pauvres du lieu et pauvres passants », c'est-à-dire tous les voyageurs, dont les pèlerins, pauvres « spirituels », qui, même riches, s'étaient dépouillés volontairement pour prendre la route et « suivre pauvres le Christ pauvre. » Le vocable sous lequel l'hôpital était placé n'est pas sans importance : on pense que celui de « saint Jacques » recevait essentiellement une clientèle de pèlerins venant de Galice sans, bien entendu, que la porte ait été fermée aux autres voyageurs.

Dans le Guide du Pèlerin, Aimery Picaud note au Chapitre XI, de l’accueil à faire aux pèlerins de Saint-Jacques : « Les pèlerins pauvres ou riches qui reviennent de Saint-Jacques ou qui y vont doivent être reçus avec charité et entourés de vénération. Car quiconque les aura reçus et hébergés avec empressement aura pour hôte non seulement saint Jacques, mais Notre Seigneur lui- même, ainsi qu’il l’a dit dans son évangile : qui vous reçoit, me reçoit. »

À chaque passage difficile (rivière, montagne), les asiles assuraient de surcroît le service d’un bac, l’entretien d’un pont ou la protection de ceux qui passaient les cols. Les hospices étaient d’autant plus modestes qu’ils étaient nombreux. Ils ne pouvaient héberger habituellement que de trois à vingt-cinq personnes ; chaque pèlerin ne pouvait y rester qu’une ou deux nuits à moins d’être malade et les pauvres n’y étaient admis que s’ils n’avaient pas la force de mendier. Le personnel était réduit : le « maître » nommé à vie ou pour un temps (souvent trois ans) et un ou deux frères, une ou deux sœurs pour l’entretien, la préparation des repas et le travail des terres attenantes. Sous le contrôle et la protection des évêques, des municipalités ou des souverains, ils jouissaient de privilèges, telle l’exemption d’impôts. Legs et dons accroissaient leur patrimoine aux revenus duquel pouvaient s’ajouter le produit des quêtes et le bénéfice tiré de différents droits.

Ainsi, nous trouvons sur la via Podiensis des hôpitaux Saint-Jacques au Puy-en-Velay, Saugues, l’Hospitalet (actuellement la Chapelle Saint-Roch de la Margeride), Figeac, Varaire, Cahors, Moissac, La Peyronelle (à l'entrée de Lectoure), Lectoure, La Romieu, Condom (hôpitaux de Saint-Jacques de Teste et de Saint-Jacques de la Bouquerie). Ils constituent des jalons incontestables du passage des pèlerins d'antan dans ces localités.
Classée sur la Liste du patrimoine mondial
En 1998, la collégiale Saint-Pierre de La Romieu a été classée sur la Liste du patrimoine mondial dans le cadre du bien culturel en série « Chemins de Saint Jacques de Compostelle en France ».
L’UNESCO a ainsi reconnu l’immense valeur historique et humaniste de la démarche pérégrine et des routes sur lesquelles elle vient s'exprimer. Cette reconnaissance a pris la forme d'une collection de 71 édifices (dont la collégiale St Pierre) et de 7 sections de la Via Podiensis (la section Lectoure-Condom soit 35km fait partie de ces 7 sections).

Pour en savoir plus : http://media.wix.com/ugd/46b40b_a888cfe3be1c469b945389e6a411cb14.pdf